legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Domination des clubs de football anglais

La finale 2021 de la Champions League a opposé le 29 mai Chelsea à Manchester City (victoire du club londonien 1 à 0) avec deux coaches étrangers aux manettes : l’espagnol Pep Guardiola (Manchester City) et l’allemand Thomas Tuchel (Chelsea). Il y a deux ans déjà, Liverpool FC et Tottenham Hotspurs étaient en finale également.  Le Brexit n’a pas eu d’influence malgré les prédictions d’effondrement des clubs. 

Le bulletin d’informations juridiques sportives LEGISPORT, fidèle à sa réputation d’information et toujours à la pointe de l’actualité, avait analysé dans le n°140 (novembre-décembre 2019) les succès des clubs anglais :  « Les entraîneurs étrangers sont-ils la clé du succès des clubs anglais de football sur la scène européenne ? ». Nicolas SCELLES, Senior Lecturer, Manchester Metropolitan University Business School était interrogé dans les colonnes de LEGISPORT sur la présence des entraîneurs étrangers :    

« Vu de l’Angleterre »

ENTRETIEN AVEC NICOLAS SCELLES, Senior Lecturer, Manchester Metropolitan University Business School

Dr Nicolas SCELLES

Qu’ont apporté les coaches étrangers aux clubs anglais ?

Les coaches étrangers ont apporté une ouverture sur les connaissances les plus avancées au niveau de la préparation physique, de l’organisation tactique, du perfectionnement technique et du marché international des joueurs. L’accès à ces connaissances leur était rendu difficile par leur localisation insulaire imparfaitement connectée au reste du continent européen (le tunnel sous la Manche n’a été ouvert qu’en 1994) ainsi que les restrictions sur la mobilité des joueurs avant l’arrêt Bosman de 1995 puis l’arrêt Malaja (2002).

Qui est le précurseur ?

Arsène Wenger a été en quelque sorte le précurseur en 1996 d’un mouvement qui s’est ensuite généralisé et a permis aux clubs anglais d’améliorer leurs standards physiques, tactiques et techniques ainsi que leur accès aux meilleurs joueurs mondiaux, contribuant au succès de la Premier League.

La mondialisation est–elle un frein au développement des talents anglais ?

La mondialisation a deux effets opposés. D’un côté, l’afflux de joueurs étrangers rend plus difficile l’accès à un statut de titulaire dans un club de Premier League et limite le temps de jeu des joueurs anglais au plus haut niveau. De l’autre, le fait de se confronter à des coaches et joueurs parmi les meilleurs mondiaux, ne serait-ce que sur la base des entraînements quotidiens, contribue à leurs perfectionnements physique, tactique et technique. C’est plus le succès de la Premier League connecté à la mondialisation qui est un frein au développement des talents anglais car ils ont une incitation économique limitée à aller voir ailleurs (ils peuvent gagner plus d’argent sans jouer en Angleterre qu’en jouant ailleurs) et tirer parti de la mondialisation pour enrichir leur connaissance du foot.

Contact : n.scelles@mmu.ac.uk