legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Le XV de France de rugby plus « frenchy » que la sélection de Didier Deschamps !

par Maître Michel Pautot, avocat au barreau de Marseille, auteur de l’ouvrage « Le sport et l’Europe-les règles du jeu » (Territorial éditions)

L’adage « Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas » s’applique aux équipes sportives et aux sélections nationales ! Et oui, les équipes de France se suivent mais elles ne se ressemblent pas notamment en ce qui concerne les migrations des joueurs qui les composent !

En effet, l’équipe de France de rugby qui vient de terminer à la deuxième place du Tournoi des VI Nations 2021 est bien moins « internationale » que l’équipe de France de football qui a débuté les Eliminatoires de la Coupe du Monde 2022.

En effet, pour le dernier match du Tournoi des VI Nations contre l’Ecosse le 26 Mars 2021 , Fabien Galthié a fait débuter des joueurs évoluant en France, à La Rochelle, Clermont-Ferrand, Paris, Toulouse, Toulon, Castres et Montpellier. Plus précisément, le 15 de départ de Fabien Galthié était le suivant : Brice Dulin (Stade Rochelais), Damian Penaud (Asm Clermont Auvergne),  Virimi Vakatawa (Racing 92),  Arthur Vincent (Montpellier Hérault Rugby), Gaël Fickou (Stade Français Paris), Romain Ntamack (Stade Toulousain),  Antoine Dupont (Stade Toulousain), Charles Ollivon (RC Toulon),  Grégory Aldritt (Stade Rochelais), Anthony Jelonch (Castres Olympique),  Swan Rebbadj (RC Toulon), Bernard Le Roux (Racing 92),  Mohamed Haouas (Montpellier Hérault Rugby),  Julien Marchand (Stade Toulousain), Cyril Baille (Stade Toulousain). 

A l’opposé, le onze de départ aligné par Didier Deschamps contre l’Ukraine le 24 Mars 2021 était marqué par une certaine « européanisation » avec des joueurs évoluant en France, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne et en Italie.  Ainsi, Didier Deschamps n’a pas hésiter à faire débuter des joueurs de la Ligue 1 (Presnel Kimpembe et Kylian Mbappé au Paris Saint-Germain), de la Premier League (Hugo Lloris à Tottenham, N’Golo Kanté et Olivier Giroud à Chelsea), de la Bundesliga (Benjamin Pavard, Lucas Hernandez et Kingsley Coman au Bayern de Munich), de la Liga (Raphaël Varane au Real Madrid, Antoine Griezmann au FC Barcelone) et du Calcio (Adrien Rabiot à la Juventus Turin). Comme nous l’expliquons dans notre ouvrage « Le sport et l’Europe-les règles du jeu » paru à Territorial éditions, cet exemple de l’équipe de France est un excellent exemple de la construction européenne avec des joueurs expatriés dans plusieurs clubs européens. Avec les règles de la libre circulation, la construction européenne a fait voler en éclats les règlements fédéraux de quotas de joueurs étrangers et les équipes nationales en ont profité pour améliorer les performances de leurs joueurs. Telle la France, Championne du Monde de football en 1998 et 2018.

Il est peut-être dommage que les joueurs français de rugby ne choisissent pas d’évoluer hors du top 14 alors que par le passé de très grands noms du rugby français n’ont pas hésité à quitter l’Hexagone pour l’Angleterre, et également dans d’autres continents, en Afrique du Sud et en Nouvelle Zélande.

Il est intéressant de comparer et à ce titre l’étude LEGISPORT « Sport et Nationalités », réalisée annuellement, qui constitue un intéressant outil de mesure des flux migratoires. Nous nous souvenons bien de la présentation de cette étude statistique qui avait été faite le 8 Décembre 2006 à Marseille en présence du célèbre Champion du monde de football Marcel Desailly lors de laquelle nous avions dressé un parallèle entre les deux équipes de France qui avaient brillé en 2006 (l’équipe de France de football, finaliste de la Coupe du Monde et l’équipe de France de rugby, vainqueur du tournoi des VI Nations) et à cette époque, parmi les joueurs français qui avaient disputé le tournoi (victorieux) des VI Nations, quatre portaient les couleurs de clubs anglais.