legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Comment les stations de ski peuvent maintenir leurs revenus face à la pénurie de neige ?

Madame Adriana Szczesna – Agence PPOOL nous adresse ce communiqué de presse sur une nouvelle étude de la Cass Business School :

Une nouvelle étude de la Cass Business School propose une méthodologie pour identifier des stratégies de couverture de risques efficaces basées sur les dérivés climatiques. Les contrats dérivés sur les revenus mensuels s’avèrent plus rentables que les contrats conclus sur les périodes plus longues.

Une étude menée par des universitaires de la Cass Business School (City University of London) a présenté une nouvelle méthodologie permettant d’identifier comment les exploitants de domaines skiables peuvent se protéger contre le risque de diminution du nombre de visiteurs dans les destinations de ski et de perte de revenus.

En raison des effets du changement climatique, le tourisme du ski dans les Alpes est menacé par la baisse du niveau d’enneigement causée par la hausse des températures hivernales. 

L’étude se concentre sur l’utilisation des dérivés climatiques comme moyen de protection des revenus et utilise une série de modèles pour concevoir des dérivés climatiques utiles et rentables (où les opérateurs « vendent » le risque aux marchés financiers moyennant une prime) en prévoyant le nombre de visiteurs et les revenus pour un mois donné. La méthodologie s’appuie sur plus de 50 ans de données sur les chutes de neige et les températures enregistrées dans une station en Autriche. 

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes :

-Le nombre de visiteurs dans les stations varie considérablement au cours d’une saison de ski, en fonction de l’épaisseur de la neige et de la température. 

-À mesure que l’épaisseur de la neige diminue, les entreprises dépendent de plus en plus des jours habituellement plus chargés, tels que le jour de Noël et les autres jours fériés, les vacances scolaires et les week-ends, afin d’assurer la fréquentation viable nécessaire. 

-L’augmentation de l’épaisseur de la neige le premier jour de la saison de ski réduit la dépendance de ces dates populaires quant aux revenus générés par les visiteurs, ce qui montre que la constance des chutes de neige et de la température est importante à la fois au cours et en dehors de la saison.

-Compte tenu de la variation du nombre de visiteurs, les marchés financiers et les opérateurs de tourisme d’hiver devraient baser les contrats dérivés sur les revenus mensuels moyens historiques, les prix de levée fluctuant chaque mois pour former des contrats différents pour chacun.

-D’autre part, un contrat unique basé sur le cumul des chutes de neige en fin de saison est très risqué pour toutes les parties et provoque l’écart le plus élevé entre les bénéfices et les pertes parmi toutes les options qui ont été testées.

Les chiffres de l’étude comprennent 20 774 observations météorologiques quotidiennes historiques de Sonnblick, en Autriche, provenant de l’European Climate Assessment (ECA, évaluation européenne du climat), avec l’hypothèse qu’une saison de ski s’étend annuellement du 1er décembre au 15 avril. 

Une règle de « 100 jours » est utilisée comme seuil critique pour le nombre de visiteurs, l’étude considérant 30 cm de neige pendant au moins 100 jours pendant la saison hivernale comme une exigence minimale pour tester la fiabilité des activités de ski.

La coauteure, Laura Ballotta, maître de conférences en mathématiques financières à la Cass Business School, a déclaré que les conclusions du rapport devraient encourager les exploitants de domaines skiables à acquérir des dérivés climatiques et à réfléchir de manière plus stratégique au risque encouru :

« Le traitement des lieux par la fabrication de neige artificielle et l’aménagement paysager est coûteux et pourrait libérer des additifs potentiellement nocifs dans l’environnement. La diversification des activités au-delà de la pratique traditionnelle du ski et de sports d’hiver peut également entraîner des coûts d’investissement élevés. Nous pensons donc que l’accès aux marchés financiers pour les dérivés climatiques et le partage des risques est l’option la plus viable. »

Le tourisme d’hiver est vital pour les régions alpines, non seulement en matière d’installations de sports d’hiver, mais aussi d’hébergement, de restauration, de divertissement et de possibilités de vente au détail que cela entraîne. La hausse des températures réduit chaque année le niveau d’enneigement, ce qui pourrait avoir des conséquences majeures sur le tourisme dans une région qui dépend si fortement des revenus qu’il génère.

« Grâce à notre méthodologie basée sur plus de 50 ans de données sur les chutes de neige et les températures, les entreprises peuvent optimiser les contrats dérivés météorologiques pour se protéger de la ruine financière si les niveaux de neige sont insuffisants. »

« Risk Management of climate impact for tourism operators: An empirical analysis on ski resorts » (Gestion des risques liés à l’impact climatique pour les opérateurs touristiques : une analyse empirique sur les stations de ski) par Laura Ballotta, Gianluca Fusai, Ioannis Kyriakou, Nikos C. Papapostolou et Panos K. Pouliasis a été publiée dans Tourism Management

Communiqué de presse

Contact pour la presse :
Adriana Szczesna – Agence : PPOOL
Tel. +33 (0)6 77 45 52 73
 / E-mailadriana.szczesna@ppool.eu