legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Me Michel Pautot monte au créneau : « Amplifions les innovations dans l’arbitrage vidéo »

Maître Michel Pautot, avocat à l’origine de l’arrêt Malaja qui a bouleversé le sport professionnel européen et rédacteur en chef de LEGISPORT monte une nouvelle fois au créneau : « Amplifions les innovations dans l’arbitrage vidéo ».

Voici la nouvelle tribune de Me Michel Pautot :

« La vidéo est aujourd’hui au centre du jeu. Ce n’est pas une surprise. Déjà, lors de la Coupe du Monde de football 2018 disputée en Russie, le recours à la vidéo a eu des incidences sur de nombreuses rencontres (France-Australie, Suède-Corée du Sud, Corée du Sud-Allemagne, France-Croatie…) et le journal espagnol « As » n’avait pas hésité à titrer : « Francia gana el Mundial del Var ». C’est dire l’importance de la VAR. Ces derniers jours, la presse ne cesse d’évoquer les conséquences des décisions de la vidéo ou la VAR, tant pour les matches de la Copa América que de la Coupe du Monde de football féminine. La VAR a tellement « frappé » que les critiques fusent : le recours à la vidéo est trop fréquent, sévère ou la VAR n’a pas été utilisée suivant les situations de jeu concernées !!! De même, entend-on ici et là : certaines sélections sont favorisées, d’autres sont défavorisées par la vidéo.

Le but de la vidéo et de limiter les injustices et elle doit permettre aux arbitres de prendre les bonnes décisions. Malgré les critiques pointées par certains, la vidéo est un progrès incontestable et une avancée majeure. La vidéo est inéluctable malgré les polémiques. Nous estimons que la vidéo doit être instituée, partout dans le monde. Elle doit être généralisée dans tous les pays, dans tous les continents et toutes les compétitions professionnelles.

C’est vrai que dans les mois et années à venir, le comportement des joueurs(ses) va évoluer sous la pression des images de la vidéo, les hors-jeu, les fautes de la main, les comportements des gardiens lors de pénaltys….C’est pourquoi nous estimons que le sport doit sans cesse innover et l’arbitrage doit constituer la partie intégrante de l’innovation sportive. D’où notre deuxième proposition qui mérite attention : la vidéo doit évoluer et ne doit pas être réservée aux seuls arbitres. Nous estimons que le Capitaine de l’ équipe de football (club ou sélection) doit pouvoir accéder à la vidéo, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Cette proposition mérite d’être retenue et expérimentée et nous n’avons pas peur de poser la question même si celle-ci peut faire « peur » : pourquoi refuser l’accès à la vidéo au Capitaine ? Ne voyons pas cela comme une restriction des pouvoirs des arbitres mais plutôt comme une aide supplémentaire aux arbitres. De même, le Capitaine pourrait demander la vidéo pour les commotions cérébrales. Ce sont toutes ces mesures (généralisation de la vidéo dans toutes les compétitions dans le monde, accès du Capitaine à la vidéo) que nous avons proposées il y a quelques semaines lors d’un Congrès international qui a réuni sportifs, chercheurs, universitaires et dirigeants de clubs, fédérations à l’Université d’El Jadida au Maroc.

Avec LEGISPORT, nous militons pour la vidéo depuis des années. En septembre 2010 à la suite de la Coupe du Monde en Afrique du Sud, nous avons lancé une pétition pour l’institution de la vidéo qui a été relayée dans plusieurs pays puis en 2015, nous avons saisi les instances mondiales du football (la Fifa, Fédération internationale de football et l’Ifab, International football association board) pour demander la généralisation de la vidéo dans tous les pays et dans tous les continents pour des situations de jeu précises : le franchissement de la ligne de but, l’expulsion, la faute de la main, le pénalty, la brutalité et le hors-jeu ».

Contact : Michel Pautot / Mail : legisport@wanadoo.fr