legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Entretien avec S.E. Filip Vučak, Ambassadeur de la République de Croatie en France

Dans le numéro 134 (novembre-décembre 2018), LEGISPORT s’est intéressé au thème de la migration des joueurs dans les clubs sportifs européens et plus précisément : « 16ème étude LEGISPORT Sport et Nationalités / Et si les équipes composées de joueurs expatriés relançaient l’Europe ? ». Un numéro qui fera date.

 Son Excellence Filip Vučak, Ambassadeur de la République de Croatie en France nous a accordé un entretien pour évoquer les succès de l’équipe nationale de Croatie, finaliste de la Coupe du Monde 2018 et la composition très européenne de la sélection croate.

 S.E. Filip Vučak, actuel Ambassadeur de la République de Croatie en France a occupé des fonctions prestigieuses : Ambassadeur de la République de Croatie à Madrid et également auprès du Saint-Siège.   Il a également été Directeur de cabinet et Conseiller principal du Vice – Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères et européennes.

 Nous l’avons rencontré le 26 Septembre 2018 à Paris au siège de l’Ambassade de la République de Croatie.

 Question 1 : Votre Excellence, l’équipe nationale de football de la Croatie a réalisé une performance historique en accédant à la finale de la Coupe du Monde 2018. Comment expliquez-vous ce succès sachant que la Croatie avait déjà obtenu la troisième place au Mondial de 1998 ?  Existe-t-il une recette nationale pour réaliser ces performances face à de grands pays, candidats traditionnellement à la victoire ?

Réponse : La Croatie a réalisé le plus grand succès à la Coupe du Monde en Russie, d’une manière qui a suscité l’admiration, en jouant trois matchs en prolongation. La Croatie a  fini à la deuxième place, ce qui en fait l’une des nations du football les plus performantes. Il s’agit d’une génération de footballeurs très talentueux qui jouent ensemble depuis environ 7 ou 8 ans et qui se connaissent déjà très bien. Lors des précédents championnats d’Europe et du monde, ils n’ont pas connu beaucoup de succès, en partie à cause du manque de chance dans les matches cruciaux. En Russie, ils ont tout compensé, et il faut avouer que la chance était de leur côté.  Tout au long de la compétition il y avait une atmosphère extraordinaire, grâce au nouvel entraineur Zlatko Dalić, qui a réussi à créer un fort esprit d’équipe parmi ces joueurs et le grand dévouement au jeu. Il est nécessaire d’ajouter que le grand sentiment national des petits peuples peut parfois être crucial, décisif.

Question 2 : Lors de la finale de la Coupe du Monde, vous avez sans doute constaté que les joueurs croates alignés au coup d’envoi par l’entraîneur Zlatko Dalić étaient tous des joueurs évoluant dans des clubs étrangers. Est-ce une autre raison de la réussite sportive de la sélection croate ?

Réponse : Tous les meilleurs footballeurs croates quittent leurs premiers clubs de football dans lesquels ils ont débuté. Il s’agit avant tout de raisons financières car les clubs croates ne peuvent survivre qu’en vendant leurs meilleurs joueurs. Presque tout le monde joue dans les grands clubs d’Allemagne, d’Angleterre, d’Italie et d’Espagne où ils ont atteint leur maturité. Grace à leurs talents, bonne volonté et bons entraîneurs, ils représentent l’épine dorsale de notre sélection de football. Cependant, d’autres grandes nations du football ont leurs joueurs dans les grands clubs européens, mais elles n’obtiennent pas forcément de bons résultats. Je pense que le sacrifice, l’esprit d’équipe et la solidarité sont très importants pour obtenir le succès sportif. Pour la Croatie, en tant que jeune Etat mais ancienne nation, le sport est très important pour sa promotion nationale.

Question 3 : La Croatie est devenue membre de l’Union européenne en 2013. Vos sportifs ont donc profité de la liberté de circulation qui découle de l’adhésion à l’Union Européenne ?

Réponse : Oui, mais déjà avant l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne, nos joueurs s’expatriaient. Aujourd’hui, notre pays participe avec nos concitoyens à l’espace européen avec davantage de facilités grâce à la « législation » européenne à laquelle nous sommes parties prenantes. En 2020, la Croatie sera à l’honneur avec la Présidence du Conseil de l’Union européenne.

En plus des footballeurs, nos joueurs de handball, de water-polo, de tennis, les athlètes, les navigateurs, les rameurs de compétition et même les skieurs obtiennent de grands succès. Je crois qu’aucun pays européen n’a autant de médailles olympiques, mondiales et européennes par habitant que la Croatie.

Question 4 : Allons encore plus loin concernant l’équipe nationale de Croatie. Davor Šuker qui a évolué au Real de Madrid fut consacré meilleur buteur du Mondial 1998 et Luka Modrić, sacré meilleur joueur du Mondial et également de l’année 2018 par la FIFA, joue dans le même club. Le Real de Madrid est-il le talisman du football croate ?

Réponse : Le Real Madrid est sûrement le plus grand club européen et le rêve de chaque footballeur est de jouer à Madrid. A part Davor Šuker et Luka Modrić, ce sont aussi Robert Prosinečki et plus récemment Mateo Kovačić qui ont joué pour Real. En général, les Espagnols aiment recruter les joueurs croates dans leurs clubs, qui, grâce à leur mentalité, leur bon esprit, sont toujours bien connectés aux nouveaux environnements. Bien évidemment que l’aspect financier joue un rôle important, vu qu’ils sont très bien payés au Real, mais par exemple Kovačić, qui n’était pas satisfait du traitement qui lui était réservé, a décidé de quitter le Real car il n’a pas joué suffisamment.

Question 5 : Beaucoup de joueurs croates sont expatriés dans divers clubs européens mais comment expliquez-vous que la France ne soit plus la destination privilégiée ?

Réponse : Moi aussi je suis surpris qu’il y ait peu de joueurs croates dans des clubs français. Il y a longtemps que Josip Skoblar est devenu une légende à Marseille, et depuis il n’y a pas eu de grands joueurs croates en France. La raison en est, en partie, que les clubs français n’ont pas connu de grands succès dans les coupes européennes jusqu’à il y a quelques années et que les aspects financiers n’étaient aussi bons que dans d’autres pays. Cependant, je voudrais souligner que notre grand entraîneur Miroslav Blažević a entraîné Nantes, qu’Alen Bokšić a gagné la Champions League avec Marseille. Jusqu’à maintenant, Ivan Santini qui a joué à Caen, a commencé à jouer pour l’équipe nationale en remplacement de Mario Mandžukić, qui vient de quitter notre sélection.

Question 6 : Les coaches croates sont fort réputés, vous venez d’évoquer Miroslav Blažević à Nantes. Le Bayern Munich en Allemagne n’a pas hésité à faire appel dans les années 1960 à quelques–uns de vos compatriotes comme Zlatko Čajkovski et Branko Zebec qui sont encore fort populaires. Aujourd’hui, le croate Niko Kovač est l’entraîneur du Bayern. Y aurait-il de leur part une attirance particulière pour la Bundesliga ?

Réponse : La plupart des footballeurs croates sont allés jouer dans les clubs allemands et y ont accompli de grands résultats. Il n’est donc pas surprenant que les plus célèbres entraîneurs croates aient fait leurs preuves dans les clubs allemands. La Croatie est économiquement très orientée vers l’Allemagne. Près de 400 000 Croates y vivent, principalement des émigrants des années 1960. Ainsi, l’actuel entraîneur du Bayern Munich Niko Kovač, est le fils d’émigrés croates, nés en Allemagne. C’est la raison pour laquelle la Bundesliga attire tellement nos joueurs et les clubs allemands savent que l’achat de joueurs croates leur sera rentable. Après tout, nos joueurs de la sélection nationale viennent de clubs espagnols, italiens, belges, russes, turcs et français. Comme vous le savez, notre jeune joueur Duje Ćaleta-Car joue à l’Olympique de Marseille depuis cet été.

Cet entretien a été publié dans le LEGISPORT n°134

L’abonnement à LEGISPORT est recommandé (30 euros pour six numéros annuels).

Cliquez ICI pour s’abonner