legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Tribune du Dr Jean-Pierre de Mondenard : Le CV de Jean Bouin (1888-1914) ou la face cachée, ignorée des pseudo-historiens

Lecteurs, lectrices de LEGISPORT, connaissez-vous Jean Bouin ? Cette tribune du Docteur Jean-Pierre de Mondenard, médecin du sport et contributeur reconnu à l’histoire du sport est forcément instructive.

Le CV de Jean Bouin (1884-1914) ou la face cachée, ignorée des pseudo-historiens, par Jean-Pierre de Mondenard

« Jean Bouin est la première star de l’athlétisme français (2ème du 5 000 m des Jeux Olympiques 1912 à Stockholm et recordman de l’heure). Disparu le 29 septembre 1914 au début des hostilités de la Grande Guerre, le coureur à pied marseillais a donné sa vie à la patrie. Aujourd’hui, en pleine commémoration du centenaire de l’armistice de la Guerre de 1914-1918, un devoir de mémoire et de renaissance s’impose concernant quatre points concernant son parcours de vie et d’athlète : état civil  (prénom et date de naissance), morphologie et entraînement. Les éclairages qui suivent doivent permettre de mieux connaître l’une des premières stars du sport français.

Le prénom de Jean Bouin

En réalité, son premier prénom est Alexandre suivi de François, Etienne, Jean. Ce dernier est placé en 4e position sur son acte de naissance. On peut expliquer cette curiosité de l’état civil sur le prénom usuel ‘’coincé’’ en fin de série au fait qu’à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, il n’était pas rare que les sportifs – afin de camoufler leur pratique athlétique à leurs parents – utilisent des pseudos ou changent de prénom en prenant le 2e, le 3e ou le 4e de la liste. En effet, à l’époque, les activités sportives de compétition étaient assimilées à des pitreries de saltimbanques. Certains devaient se cacher pour faire leur sport sous peine de se voir couverts de l’opprobre de tous les gens bien-pensants et souvent de leur famille.

La date de naissance de Jean Bouin

Dans de nombreux articles, mêmes ceux couvrant ses années de gloire, on a soit le 20 ou le 24 décembre 1888 comme jour de naissance. L’acte de naissance du 24 décembre (n° 1045) signale qu’Alexandre (+ 3 autres prénoms) est ‘’né le vingt – un du courant à une heure du matin’’. En 1888, en tout cas à Marseille, le fonctionnaire n’écrit pas vingt et un mais vingt- un comme vingt – deux etc. Donc Jean Bouin est bien né le 21 décembre 1888. Pourquoi l’acte d’enregistrement porte la date du 24 décembre ? René Espana, le biographe de Jean Bouin, auteur de l’ouvrage Jean Bouin de Marseille (Editions Autres Temps) nous fournit une partie de l’intrigue : « à cause de l’absinthe » ! Texte de René Espana : « Une heure plus tard, le jeune Jean Alexandre François Etienne Bouin pousse son premier cri. Il est grand temps de le présenter à son père ! Emu, et tellement heureux, le papa se doit de trinquer sur le champ avec le généreux docteur, en remplissant deux grands verres d’absinthe. Une naissance réussie, ça s’arrose ! Au lendemain d’une nuit agitée, M. Bouin va, plein de fierté, accomplir la formalité d’usage : la déclaration de naissance à l’Hôtel des citoyens. Mais au lieu de se rendre directement au bureau du « chargé des écritures de la ville’’ « il passe d’abord par les quais du Port, où travaillent tant d’amis (…) Ce jour-là, le vent a balayé le ciel, l’a inondé de lumière au moment où le fonctionnaire de l’état civil s’est empare de sa plume d’oie. A l’encre noire, sur trois lignes, en respectant les pleins et les déliés, l’homme à la blouse grise et poussiéreuse, a ouvert une nouvelle page de son registre, en prenant soin de  mentionner, durant des minutes interminables, que Jean Alexandre François Etienne Bouin venait de voir le jour à Marseille, rue Coutellerie, suite à l’attestation d’un modique certificat médical froissé, et conforté par le témoignage du père. ». Mais pour nous, ce texte reste quand même muet sur la durée du parcours du père (Louis Bouin) de la rue Coutellerie à l’Hôtel des Citoyens. Si l’on en croit l’acte de naissance, le trajet pédestre a demandé du 21 décembre à une heure du matin jusqu’au 24 à midi trois, soit un peu plus de…trois jours ! On le fait naître le 24 décembre, soit trois jours après son premier cri à la vie ! Ce mastic est dû à la lecture trop rapide de son acte de naissance où l’on prend la date d’enregistrement pour le jour de naissance figurant trois lignes plus loin.

La morphologie de Jean Bouin et son entraînement

Selon Bernard Busson, l’auteur de « Héros du sport, héros de France » publié en 1947, Bouin mesurait 1,72 m et pesait 70 kg. Dans un autre texte paru dans La Vie au Grand Air du 28 février 1914, Jean Bouin précise : « Mon poids le jour de mon record de l’heure n’était pas loin de  70 kg ».  Son biographe, René Espana, page 46, donne les chiffres suivants : « Il mesure 1,68 m, son poids varie de 64 à 68 kg, son tour de poitrine de 91 à 101 cm). » En revanche, sur son livret militaire (LM), sa taille culmine à 1,66 m (6 cm de moins que celle indiquée par Busson). Cette mesure du LM paraît la plus vraisemblable lorsqu’on le voit aux côtés d’autres athlètes. Il est toujours le plus petit. Effectivement, Jean Bouin n’avait pas le morphotype d’un coureur de fond actuel. Il était même surnommé Le Petit Gros. Rappelons, pour comprendre que si avec un tel poids corporel, il pouvait quand même faire partie de l’élite c’est qu’à l’époque du Marseillais, les athlètes consacraient plus de temps à la gymnastique qu’à l’entraînement de course à pied proprement dit. C’est Jean Bouin lui-même qui, dans une série d’articles publiés dans l’hebdo La Vie au Grand Air, détaille son entraînement. Rien à voir avec celui des coureurs de fond actuels ! Ainsi, par exemple, dans la Vie au Grand Air, n°810 du 28 mars 1914, page 291, il précise : « lever à 7 heures, un petit-déjeuner composé de fruits, de pruneaux et quelque fois la compote de rhubarbe…. A 8 heures, départ de l’hôtel pour le stade… Jusqu’à 11 heures, nous ne cessions pas de marcher, de grimper dans les arbres, de faire la chasse aux gentils petits écureuils…. » ».

Docteur Jean-Pierre de Mondenard, Médecin du sport et contributeur reconnu à l’histoire du sport