legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Etude World Ranking of Countries in Elite sports (ex-I3SAW) : entretien avec le libanais Nadim Nassif

Le libanais Nadim Nassif, enseignant – chercheur à Notre Dame University présente annuellement les résultats de son  étude intitulée « World Ranking of Countries in Elite Sports (ex-I3SAW) » depuis 2014. A quelques mois du classement final qui sera délivré en Janvier 2019, LEGISPORT fait le point aujourd’hui avec son auteur dans le cadre d’un entretien.

Question : Monsieur Nadim Nassif, vous êtes en train de préparer votre nouvelle étude qui concernera l’année 2018. Cela tombe bien. C’est une très grande année pour le sport mondial !

Réponse : Effectivement, 2018 est une année exceptionnelle et les résultats finaux qui seront publiés en janvier 2019, seront à l’évidence riches d’enseignements. Le but de mon étude est de s’inscrire dans la durée afin de voir les évolutions sur plusieurs années. Les Etats-Unis d’Amérique ont terminé premiers lors des 4 premières éditions de ce classement (2014, 2015, 2016 et 2017). Pour le mois de Juin 2018, le trio de tête de mon étude  World Ranking of Countries in Elite Sports est le suivant : Etats-Unis (1er) – Canada (2eme) – Russie (3eme).  Mon objectif est de mesurer la performance de tous les pays ayant des Comités Nationaux Olympiques dans tous les sports reconnus par l’AGFIS (Association Mondiale des Fédérations internationales de Sports) ainsi que d’autres sports qui ne font pas encore parties de l’AGFIS mais qui ont une popularité et une universalité élevées. 18 des 109 sports ont été complétés lors de ce mois de Juin 2018 : football australien, bandy, bobsleigh, dragon boat, ice stock sport, korfball, luge, soft tennis, natation, biathlon, hockey sur glace, ski, ski mountaineering, strongman, patinage, sleddog, polo et cheerleading.

Question : Vous ne vous basez pas sur le classement des médailles des Jeux Olympiques ?

Réponse :  Non car le classement des médailles des Jeux Olympiques n’est pas suffisant. Il est en effet lacunaire car trop d’importance est accordée aux médailles d’or et les performances de ceux qui terminent de la 4eme à la dernière place ne sont pas comptabilisées. De plus, les Jeux Olympiques ne comprennent que 35 sports. Le classement que j’effectue se base sur la performance de tous les pays dans tous les sports avec des coefficients de popularité et universalité.

Question : Quelle est la méthode d’évaluation ?

Réponse : Votre question est judicieuse. Il est intéressant de connaître la méthode d’évaluation. Le classement prend donc en compte tous les sports reconnus par l’AGFIS ainsi que d’autres sports qui ne font pas encore parties de l’AGFIS mais qui ont une popularité et une universalité.  Le coefficient de l’universalité d’un sport est calculé en fonction du nombre de fédérations sportives nationales qui lui sont affiliées, de sa présence dans le programme olympique, dans celui de la Fédération Internationale du Sport Scolaire (ISF), dans celui de la Fédération Internationale du Sport Universitaire (FISU), celui du Conseil International du Sport Militaire (CISM), l’Association Internationale des Sports pour les Masters (IMGA), les  « Deaflympics » (Jeux Olympiques pour sourds), les « Special Olympics » (Jeux Olympics pour athlètes ayant des déficiences intellectuelles), les « World Transplant Games Federation » (jeux pour les personnes ayant fait des opérations de transplantations d’organes), les Jeux Paralympiques (IPC), la federation sportive travailliste (CSIT) et la fédération Internationale du sport pour enfant (International Children’s Games), tous organisations multisports reconnues par le Comité Olympique International. Le coefficient de popularité des médias a été obtenu en calculant la présence des sports dans les sites web de chaque pays. Le football est le sport à plus haut coefficient. Les pays pris en compte sont ceux où existe un Comité National Olympique reconnu par le CIO. Deux cent six pays sont concernés (Monaco est concerné à l’inverse de  l’Ecosse ou du pays de Galles).

Pour en savoir plus sur l’étude, cliquez ICI ou encore ICI