legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Vif succès de la présentation de la 15ème étude LEGISPORT « Sport et Nationalités »

Le lundi 20 novembre 2017, à Paris, la quinzième étude Légisport « Sport et Nationalités » a été présentée en présence de représentants du mouvement sportif (CNOSF, INSEP, football, basket,….), du Ministère des sports, des agents sportifs.

Cette étude, – réalisée annuellement par Maître Michel Pautot, avocat au barreau de marseille, à l’origine de l’arrêt Malaja, – est un outil de mesure des flux migratoires et également du nombre et de l’influence des sportifs professionnels étrangers dans le sport. Un travail de quinze ans d’étude sur cette problématique d’importance et d’actualité.

 

La mondialisation impacte tous les Championnats européens !

La mondialisation a été analysée avec le cas de l’Italie, non la Coupe du Monde 2018. Pour Me Michel Pautot, « la polémique sur les joueurs étrangers ne date pas d’aujourd’hui. A l’issue de la Coupe du Monde 1966, elle était déjà vive ! L’Italie avait été éliminée par la Corée du Nord ». La France n’est donc pas le seul pays concerné. Tous les pays et Championnats le sont. En 2016, en Italie, au coup d’envoi du match Inter de Milan – Udinese, pas de joueur italien. Plus récemment, l’Eintracht de Francfort, Grenade et Leicester, ont débuté un match de championnat sans joueurs nationaux. Les clubs anglais ont montré la voie, comme Chelsea ou Arsenal il y a quelques années.

Aux très nombreuses interrogations sur le Brexit, Me Pautot a précisé que malgré la sortie de l’Union Européenne du Royaume- uni, les clubs de la Première League auront intérêt de garder les joueurs étrangers pour maintenir leur célèbre renommée mondiale et aussi pour ne pas affaiblir le Championnat d’Angleterre de football qui est un modèle envié par le monde entier. Souvent la présence de joueurs étrangers est critiquée dans le football anglais depuis des années mais la sélection anglaise s’est qualifiée facilement pour la coupe du monde de football 2018. « Attention, de ne pas se priver de joueurs de talent ».

Les sportifs étrangers de plus en plus nombreux dans les Championnats français

Les sportifs étrangers sont de plus en plus nombreux à évoluer dans les Championnats français à l’exception du basket féminin, a estimé Me Michel Pautot qui a montré la réalité de l’internationalisation des Championnats :

– Division 1 féminine de football : 18,24% de joueuses étrangères,

– Ligue féminine de Basket : 31,35% de joueuses étrangères,

– D1 Homme Handball : 38,72% de joueurs étrangers,

– Chiffre Ligue féminine de handball : 39,73% de joueuses étrangères,

– Chiffre Ligue A masculine de volley : 39,77% de joueurs étrangers,

– Top 14 de rugby : 41,58% de joueurs étrangers,

– Pro A Basketball : 44,44% de joueurs étrangers,

– Ligue 1 de football : 46,21% de joueurs étrangers,

– Chiffre Ligue A Féminine de volley : 53,52% de joueuses étrangères.

De grands pays sportifs sont bien présents à côté des joueurs(ses) français(ses) dans nos Championnats. En cette saison 2017-2018, le pays le mieux représenté derrière la France est :

-les USA : Ligue Féminine de Basket-ball; Pro A de Basket-ball; Ligue A Féminine de Volley-ball ;

-le Brésil : Ligue 1 de Football (le Sénégal est la troisième nation);

-l’Afrique du Sud :  Top 14 de Rugby (la Nouvelle-Zélande est la troisième nation)

-le Canada et l’ Espagne ex-aequo : D1 féminine de Football ;

-l’Espagne : D1 masculine de Handball, Ligue féminine de Handball ;

-la Hollande : Ligue A masculine de Volley-ball ;

 

Les joueurs étrangers sont – ils en augmentation ?

 L’augmentation des joueurs étrangers est réelle. Avec les années, lors de la saison 2003-2004, l’étude Légisport comptabilise 20% de joueurs étrangers dans le championnat de France de top 16 de rugby, 37% de joueurs étrangers dans le championnat de ligue 1 de football, 20% de joueurs étrangers dans le championnat de France de handball de division 1 (hommes). Cette année, pour 2017-2018, la donne a changé : 41,58% de joueurs étrangers dans le championnat de France de top 14 de rugby, 46,21 % de joueurs étrangers dans le championnat de football de ligue 1 et 38,72% de joueurs étrangers dans le championnat de France de handball de division 1 (hommes). Le football féminin est aussi en pleine évolution passant de 10% l’année passée de joueuses étrangères à 18% cette année. « L’arrivée du célèbre brésilien Neymar est une formidable plus – value pour notre Championnat qui y gagne en notoriété. Au niveau des performances, A la 10ème journée de Championnat de Ligue 1 de cette saison 2017-2018, Radamel Falcao (Monaco), le seul colombien du Championnat a inscrit la moitié des buts de son club (13 sur 26 !). Côté PSG, l’uruguayen Edinson Cavani et le brésilien Neymar ont inscrit 16 des 31 buts parisiens ! », devait déclarer l’avocat marseillais.

Des débats animés ont porté sur le rugby. Un participant a déclaré que « les joueurs français doivent avoir du temps de jeu » et posé « la question du rendement du XV de France avec la présence des stars étrangères dans le Top 14 ». « Cela va gronder mais n’oublions pas l’expérience qui peut être apportée par des stars étrangères de renom à nos compatriotes. Les joueurs étrangers ne peuvent pas être les boucs-émissaires et pourquoi pas un étranger à la tête de l’équipe de France ? ». L’apport des entraîneurs n’est pas omis. Des clubs français ont gagné une Coupe d’Europe avec des coaches étrangers, comme l’Olympique de Marseille avec Raymond Goethals (Belgique), le CSP Limoges avec Bozidar  Maljkovic (Serbie), …

Diverses personnalités sont intervenues pour enrichir le débat, tels Jean-Pierre Mougin (vice-président du Comité National Olympique et Sportif Français), Pierre François (inspecteur général honoraire du Ministère des Sports – ancien président du Comité d’Histoire), Madame Monique Amiaud (Insep – préparation olympique), Fabien Petit (agent licencié Fédération Française de Football), Oumar Dia (président du Comité Départemental de basket de Paris), Kenza Diab (Fédération Française de Football – féminisation), Mandaye Ndiaye (consultant), Me Moustapha Kamara (avocat), Sacha Genot (Agora du sport).

Contact : legisport@wanadoo.fr