legisport

Tout sur le droit du sport. 1991 : fondation de LEGISPORT. 1996 : lancement du bulletin d'informations juridiques sportives LEGISPORT.

Etude LEGISPORT « Sport et Nationalités » : cap sur l’internationalisation de la Bundesliga

 

Etude LEGISPORT « Sport et Nationalités » : cap sur l’internationalisation des clubs de la Bundesliga

Communiqué n° 1 de Maître Michel Pautot, docteur en droit, avocat au barreau de Marseille, auteur de l’étude annuelle LEGISPORT « Sport et Nationalités »

 

 

Voici le communiqué de Maître Michel Pautot :

 

L’équipe nationale de football d’Allemagne, quadruple Championne du Monde (1954, 1974, 1990 et 2016) réalise actuellement un parcours sans faute dans les éliminatoires qualificatives à la Coupe du Monde 2018 (33 buts en huit matches !). Notre attention se porte aujourd’hui sur le Championnat d’Allemagne de football (« Bundesliga ») dont les effectifs s’internationalisent de plus en plus.  En effet, à de rares exceptions, les clubs allemands sont de plus en plus nombreux à recruter des joueurs étrangers. C’est l’une des conclusions de l’étude « Sport et Nationalités » menée par LEGISPORT et réactualisée chaque année.

L’intersaison 2017 a été marquée par le départ du français Ousmane Dembélé (Borussia Dortmund) vers le FC Barcelone et l’arrivée au Bayern de Munich du meilleur buteur de la Coupe du Monde 2014 le colombien James Rodriguez.

Parmi les étrangers de la Bundesliga,  les joueurs français brillent, comme en témoigne l’article, élogieux, envers les joueurs français « Warum Spieler aus Frankreich die Bundesliga erobern » rédigé par Julien Duez dans les colonnes du célèbre journal Der Tagesspiegel. Dans So Foot, c’est « l’amitié Allemagne – France » : toujours pour Julien Duez, « les joueurs hexagonaux ont affolé le mercato outre-Rhin. Pas un jour sans que la presse allemande ne s’emballe devant l’arrivée de tel espoir du PSG ou de tel milieu lyonnais. Une chose est sûre : le Bleu a la cote chez nos voisins ».

Les joueurs brésiliens sont là eux aussi, malgré une large défaite 7 à 1 du Brésil contre l’Allemagne lors de la première demi-finale de la Coupe du Monde 2016. Certains brésiliens ont même été meilleurs buteurs de la Bundesliga dans les années 2000 : Amoroso (Borussia Dortmund), Giovane Elber (Bayern Munich), Ailton (Werder Brême) et Grafite (Vfl Wolfsburg). Aujourd’hui, parmi les « goléadors », le polonais Robert Lewandowski du Bayern Munich (meilleur buteur lors de la saison 2015 – 2016) et le gabonais Pierre – Emerick Aubameyang du Borussia Dortmund (meilleur buteur de la saison 2016 – 2017), bien partis pour se partager le titre de « meilleur buteur » dans les années à venir s’ils ne quittent pas la Bundesliga….

N’oublions pas que les buts victorieux lorsque le Bayern a gagné sa dernière finale de Ligue des Champions le 25 Mai 2013 face au Borussia Dortmund ont été inscrits par le croate Mario Mandzukic et le hollandais Arjen Robben, bien que l’allemand Thomas Muller ait été le meilleur du club durant toute la compétition européenne.

La présence de joueurs étrangers est bien réelle, dès le début du Championnat. « Pour l’ouverture de la Bundesliga, deux joueurs allemands ont inscrit un but (autant que les Suisses)…. 45% est le pourcentage de joueurs allemands titulaires lors de cette première journée, où quinze buts seulement ont été marqués. Une rareté dans le grand Championnat le plus prolifique d’Europe. La palme revient à l’Eintracht Francfort, qui n’a aligné aucun Allemand au coup d’envol face à Fribourg », indique Alexis Menuge dans France Football, dans un article « Sos buteurs allemands » (édition du 22 Août 2017). Des journaux allemands ont également évoqué l’internationalisation du club de Francfort.

A y regarder de plus près, l’entraîneur croate Niko Kovac de l’Eintracht Francfort a aligné le 20 Août 2017 au coup d’envoi du premier match de Bundesliga  contre Fribourg (match nul 0 à 0) onze joueurs étrangers : deux français (Simon Falette, Sébastien Haller), deux japonais (Daichi Kamada, Makoto Hasebe), deux hollandais (Jetro Willems, Jonathan De Guzman), un finlandais (Lukas Hradecky), un américain (Timothy Chandler), un argentin (David Angel Abraham), un serbe (Mijat Gacinovic) et un suisse (Gaston Fernandes). De même, lors de la deuxième journée contre Wolfsburg le 26 Août 2017 (défaite 1 à 0), les joueurs alignés au coup d’envoi par l’entraîneur  de Francfort étaient tous étrangers: deux français (Simon Falette, Sébastien Haller), un japonais (Makoto Hasebe), deux hollandais (Jetro Willems, Jonathan De Guzman), un finlandais (Lukas Hradecky), un américain (Timothy Chandler), un argentin (David Angel Abraham), un serbe (Mijat Gacinovic), un suisse (Gaston Fernandes) et un ghanéen (Kevin – Prince Boateng).

Précisons que plusieurs mois auparavant, à savoir lors de la finale de la Coupe d’Allemagne de football Eintracht Francfort – Borussia Dortmund qui s’est disputée le 27 Mai 2017 à Berlin (défaite 2 à 1), l’entraîneur Niko Kovac avait fait débuter dix joueurs étrangers sur onze : le finlandais Lukas Hradeky, l’américain Timothy Chandler, le jamaïcain Michael Hector, l’espagnol Jesus Vallejo, l’argentin David Abraham, les serbes Slobodan Medojevic et Mijat Gacinovic, le mexicain Marco Fabian, le suisse Haris Seferovic, le croate Ante Rebic ; Bastian Oczipka était le seul allemand du onze de départ.

Il n’est pas inutile de remonter l’histoire et le passé de l’Eintracht Francfort. En effet, lorsque ce club a remporté son titre le plus important, la finale de la Coupe UEFA contre le Borussia Monchengladbach en Mai 1980, les joueurs allemands étaient très fortement majoritaires et le nombre de joueurs étrangers sur le terrain se limitaient seulement à deux : l’autrichien Bruno Pezzey et le sud coréen Cha Bum – Kun… C’était, rappelons-le, il y a trente-sept ans !

Il sera donc intéressant, toujours dans le cadre de l’étude LEGISPORT « Sport et Nationalités », de suivre l’évolution de cette équipe lors des prochaines journées du Championnat d’Allemagne de football pour savoir si elle va aligner quelques joueurs nationaux au coup d’envoi.

Rien de bien surprenant en définitive. C’est dans l’ordre économique du sport d’aujourd’hui, le « sport sans frontières ». Un des déclencheurs : le combat juridique victorieux contre les discriminations liées à la nationalité dans le sport que nous avons mené avec la basketteuse polonaise Lilia Malaja, interdite de jeu en France (l’arrêt Malaja prononcé par le Conseil d’Etat le 30 Décembre 2002 a été qualifié d’ « arrêt Bosman à la puissance dix » par Sepp Blatter, alors président de la Fédération Internationale de Football). Dans le cadre du football allemand, nous avions évoqué la question de l’ouverture des frontières dans les équipes sportives lors du 2ème  « Internationaler Sport – Recht Kongress » organisé par Me Richard Eimer et par Avrio – Advocati les 22 et 23 Novembre 2001, sous la présidence d’honneur du Ministre Otto Schily, qui avait réuni à Bonn les plus grands experts européens du sport. Nous avions alors fait valoir les prémices de l’internationalisation des équipes de football en Europe. Depuis cette date, nous avons été largement entendus…

 

Etude LEGISPORT « Sport et Nationalités »

Michel Pautot

Contact : legisport@wanadoo.fr